Campagnol 341 Avant de recruter, l'Education Nationale a t-elle fait le tour des glandeurs ?

Ajoutée 3 avril 2018
Une cinquantaine de milliers de professeurs ne voient presque jamais un élève, soit qu'ils soient remplaçants, soit qu'ils soient administratifs, c'est à dire occupés à autre chose qu'enseigner. Avant de recruter, est-on bien sûr qu'on a fait le tour des glandeurs?

Commentaires

  • Excellent !

  • Les collabos gauchiasses qui arrachent ces profs de nos enfants pour des racailles importees paieront.

  • Très cher Monsieur Combaz, vous pointez une fois de plus le doigt à un endroit qui fait mal, mais si vous avez parfaitement raison en ce qui concerne l'éducation nationale, vous pouvez quasiment généralisé à l'ensemble de la fonction publique (sauf peut être pour les militaires..) Prenez l'hôpital public, qui soit disant n'a pas assez de personnel de ceci et / ou de celà... Pour prendre un exemple personnel assez récent, alors que je devais me rendre à l'hôpital PUBLIC pour une consultation de cardiologie, je suis passé devant 8 personnes avant d'avoir accès au praticien : Entrée de l'hosto : le type de l'accueil Juste à côté un banc de 4 personnes devant leurs ordinateurs, le type de l'accueil me dit de prendre la queue derrière l'une de ces 4 personnes.. bien sûr je m'exécute, mais en fait il y avait une place de libre directement parmi les 4 et je m'y pointe.. Cette personne devait jouer au tétris ou à un autre jeu sur son PC, et manifestement je le dérangeais, et alors qu'il n'y avait personne, il m'a quand même fait attendre au moins 5 minutes (je pense le temps de terminer sa partie.. il y a quand même des priorités. Bon, carte vitale ect, il me dit ok, allez au second étage vous allez au secrétariat cardio/pneumo. Je m'exécute et je tombe sur le "secrétariat ouvert", et rebelote on me redemande tous les papiers et informations (identité, carte vitale médecin traitant, mutuelle...) ici aussi 3 personnes en train de glander... je ne connaissais pas la "qualité" de ces personnes mais leur costume me faisait penser à des infirmières... Après que mon dossier soit "accepté" on me demande de me rendre dans la salle d'attente (commune et publique pour d'autres médecins) Après quelque temps, une infirmière me dit que c'est mon tour... enfin, et elle me conduit alors dans la salle d'attente privée du cardiologue. Encore 20 minutes et je suis reçu par le spécialiste !!! Et là bien sûr ce n'était pas un cas d'urgence mais un rendez vous programmé à l'avance ! J'ai donc vu 7 personnes avant d'accéder en 8ième position au spécialiste... Alors bien sûr en utilisant une telle structure, on comprends bien purquoi l'hôpital public ne peut plus assumer ! Et je ne vous parle pas de l'accueil dans les mairies ou dans les préfectures, vous devez bien connaître.

  • je m'inscris en faux contre ces assertions ! Tous les "planqués" que vous évoquez ne sont pas occupés à tester des activités prétendument pédagogiques ! Un bon nombre somnole dans les mutuelles, associations diverses et variées, pour ne rien dire des permanents syndicaux!

  • Bonsoir Mr Combaz , dernier de la classe dans les années 60 avec le bonnet d’âne peut-être vous en souvenez vous de cette humiliation devant des classes de trente élèves qui vous pousse indéniablement vers l'école national de la rue , peut importe les raisons, cela vous prépare à l’échec programmé par nos institutions, je parle en connaissance de cause. J'attend avec impatience votre avis sur le sujet ,le problème n'est pas les professeurs ou les instituteurs c'est ce système débile d'enseignement qui depuis des siècles laisse sur le carreaux des millions d’élevés en échec scolaire.

    • Quand les enfants n'apprennent plus rien à cause d'un professeur incapable tious les élèves sont humiliés et pas seulement les cancres.

  • Comment trouvez vous les sujets ?

    • On écrit à l'adresse indiquée dans la vidéo à la fin , et on a une bonne chance de nourrir la pompe à anecdotes merci

    • Je me doute. C'était simplement pour savoir s'il existait un moyen pour vous soumettre des propositions.

    • Facilement.

  • Merci j'étais pas au courant de ces 50 mil " prof" vrp.et dire que dans mon village il n'y a pas assez d'instit qu'il n'y a plus d'aide aux enfants que les charmantes dame de cantine font grève une fois par mois etc .mais bon mon village n'est pas en zone prioritaire juste à la campagne !