L’addiction à l’agriculture | Passé Sauvage & DirtyBiology | Le Vortex #1

Ajoutée 13 mars 2019
Sur le papier, tout devait bien se dérouler. Avec l’agriculture, l’Homme pouvait enfin gérer ses ressources sans avoir à chasser, exploiter Dame Nature à sa convenance…
Oui, mais non. Cette semaine, si la coloc tremble, c’est parce que l’archéologue de la bande a deux-trois choses à redire sur ce fantasme. Son nom ? Clothilde (Passé Sauvage). Sa mission : embarquer Léo (DirtyBiology) dans une partie de chasse-cueillette pour mettre un coup de pied dans la fourmilière… au sens propre. Non, l’agriculture ne serait pas une révolution, tout juste une innovation dont nous serions devenus dépendants… avec tous les effets néfastes que ça implique.
🥂 Envie de nous rejoindre dans la chasse-cueillette aux infos, retrouvons-nous sur le Discord du Vortex : discord.gg/CZRWBsW
BIENVENUE DANS LE VORTEX !
Une colocation pour les mélanger tous, une colocation pour les écouter tous, une colocation pour apprendre de tous et dans le Vortex les lier. Quand des vulgarisateurs et vulgarisatrices scientifiques se retrouvent à vivre ensemble, impossible d’éviter les débats passionnés. Ici, ils se mêlent de ce qui les regarde (ou presque) et parlent de ce qui leur tient à coeur tout en veillant à garder de l’eau chaude pour les autres.
📅 On se retrouve la semaine prochaine, même jour même heure, avec les Pause Process à la recherche de la face cachée d’Internet.
👪 Les colocs de la saison printemps-été :
Clothilde Chamussy (Passé Sauvage) : fr-tv.com/ch/UCLhOJJbPciPdocXTaAk2SdA
Léo Grasset (DirtyBiology) : fr-tv.com/ch/UCtqICqGbPSbTN09K1_7VZ3Q
Vivianne Lalande (Scilabus) : fr-tv.com/ch/UCeR8BYZS7IHYjk_9Mh5JgkA
Roni, Ben et Jordane des Pause Process : fr-tv.com/ch/UC0JUkXAVVA4qWH1BQRs5N3A

ISAN INDEV : 0000-0005-2AA3-0001-D-0000-0000-Z
Sources :
LATOUR B. & LEMONNIER P. (dir.), De la préhistoire aux missiles balistiques, La Découverte, Paris, 1994.
www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=DEC_LATOU_1994_01_0329
DEMOULE J.-P. (dir.), La révolution néolithique dans le monde, CNRS Editions, Paris, 2009.
SAHLHINS M., âge de pierre, âge d’abondance, Gallimard, 1972.

Commentaires

  • Si quelqu’un s’oppose à l’union entre l’Homme et l’agriculture, qu’il parle… ou se taise à jamais. 😇 Mais pour en parler, c’est ici : discord.gg/2uQT2r9 Et si jamais tu penses que ton entourage pourrait être étonné par ces révélations sur l’agriculture et que tu penses que cet épisode peut les étonner, n’hésite pas à le partager tout autour de toi.

    • Salut Savez-vous pourquoi votre video sur l'internet n'est plus accessible?

    • Juste pour information quand il n'y a pas de traces d'une civilisation, ça ne veut pas dire qu'une invention n'existe pas, mais simplement celle de l'écriture. Sans aller jusqu'à mentionner un alien, ne serait-ce que pour mentionner les théories sur l'atlantide, en tenant compte du temps qui passe et du climat qui change au fur et a mesure des générations: Un voyageur issus d'une civilisation avancé (au moins au niveau agronomique) aurait pu transmettre son savoir à une civilisation au bord de l'extinction. Celle s'étant installé il y a quelques centaines d'années dans une vallée fertile et devenus à cette époque un desert parce que plus haut un évènement est survenus qui a bouleversé l'écosystème (volcan, migration de population, peste, etc...) Ensuite on entre dans des processus neurologique, la transmission du savoir, l'héritage, les croyances, faut penser qu'à cet époque, ils manquaient d'éducation général comme notre génération, ils ignoraient la mondialisation, le concept de maladie, l'industrialisation. Ils n'avaient pas de GPS, comment pouvaient-ils savoir qu'à coté, il yavait une autre vallée fertile, effectivement après s'être installé, difficile de former de nouveaux chasseurs, former et envoyer des éclaires, apte à être autonome, c'est difficile et couteux en ressources. Ici on ne parle pas du bien-être d'une espèce, au mieux celui d'une famille, on est ici dans le contexte de la pyramide de Maslow, l'accès aux besoins de base, "rapidement", sur quelques mois, voir semaines. malheureusement, je vois toujours le même biais de confirmation des étudiants en grandes écoles, des sujets qui sont abordé bien trop dans leur globalité, même si les hypothèses sont interessantes.

    • Merci bcp pour ces deux vidéos de mise en perspective de l'agriculture et de ses origines. Puis-je poser une question à Clothilde ? Etant donné les aspects très négatifs de l'agriculture, pourquoi commencer à cultiver, c'est une chose, mais pourquoi continuer à cultiver ? J'avoue ne pas comprendre comment connecter cette question avec la vidéo : si l'agriculture est ce qu'il y a de pire, ou presque, c'est à longs termes. Est-ce qu'à courts, puis moyens termes les agriculteurs ont gagné quelque chose ? Ont eu le sentiment de "dominer" ou faire un avec la nature en l'assistant, différemment ? En somme, pourquoi l'agriculture se répand-elle sur des milliers d'années et dans l'espace, pourquoi est-elle adoptée par tous si elle est une mauvaise idée ? Est-ce parce qu'à moyens termes elle donne tout de même un peu de richesse, ce qui incite (voire oblige) les peuplades voisines à faire de même ? Est-ce qu'en se spécialisant, l'agriculteur devient dépendant d'autres agriculteurs qui doivent varier les cultures pour la diversité de la nourriture ? Il me manque un chaînon dans votre présentation à tous les deux :-) . Merci d'avance pour la réponse

    • Merci !!! C'est déléctable! Longue vie à cette série.

    • J'ai écris un texte retranscrivant ce que j'ai entendu venant du feu une nuit: "Une histoire auprès du feu Je vais vous raconter une histoire entendue auprès du Grand-Père Feu. Parce que c’est une histoire qui nous concerne, et que nous devons l’entendre. C'est en tous les cas une invitation. Il y a longtemps, au moment ou la mer a monté quand les glaces fondaient, nos ancêtres trouvèrent des conditions favorables à un important déploiement. Les modes de vie changèrent car auparavant pendant les froids, ils vivaient à corps perdus avec la Mère. Ils vivaient en familles et clans divers, ceux-ci n’ont d’ailleurs jamais disparus si nous regardons bien notre société. Les territoires de chasses étaient importants et l’organisation nécessaire dans le clan (un clan est une famille de familles) et entre les clans, pour la survie de tous dans ces conditions de vies redoutables. Il y avait parfois des tensions et des conflits dus à ces désaccords et décisions, plus ou moins bien inspirées, des uns et des autres. De plus en plus à l’aise hors des abris qui les protégeaient, ils découvrirent une révolution de paysages, d’espèces végétales et animales, et de couleurs passionnées. Les familles de nos ancêtres ont pu s’émanciper de certaines rigueurs que la nature imposait, et la figure masculine se laissa porter de plus en plus légèrement dans cette émancipation, car le monde extérieur de nouveau appelait à l’expansion. Et dans cette dispersion, et cette accélération de développement les peuples ont commencé à se heurter entre eux par leurs modes de vie. Les territoires de chasse ont commencer à rétrécir et moins se régénérer. Les conflits naturels et les lois qu’ils appliquaient entre eux avec la guidance naturelle devenaient peu à peu surrannées. Il y eu des famines, des conflits, des guerres et la recherche de territoires inhabités ou propices à l’accueil, même dans des lieux où les conditions étaient rudes, certains préférant la paix à la guerre, ou bien la recherche de l’ancien climat en montant vers le Nord. Et face à ces conditions de vies très difficiles certains hommes ont prié l’aide à la Mère, aux Grands-Mères, et au Grand Père avec des offrandes. Et des inspirations se sont produites en ces temps de changement très chaotiques. Le point important qui nous concerne tous est le suivant, car l’aboutissement de notre présent loin des réalités naturelles, et dans la responsabilité possible de détruire la vie sur Terre, est un enchaînement exponentiel de ce qui se produisit à cette époque. La Grand-Mère montra la graine, le Grand-Père donna la vision et la Mère enseigna comment cultiver, sous l’oeil infaillible du Père. Il fallu pour cela immobiliser des parcelles de terre, pour que les graines soient protégées et veillées pendant toutes leurs croissances. Alors imaginez le renversement de situation. Déjà depuis longtemps, lors de la tempérance du climat, les hommes commençaient à ériger la pierre, pour conserver la mémoire et le lien avec la Mère et les ancêtres établie durant ces périodes de grands froids, avec une civilisation près des grottes, de l’intérieur. Temples, tumulus, kivas, huttes de sudations, tout était là pour les accompagner dans cette ouverture et ces grands changements, afin de ne pas se perdre, de ne pas oublier d’où ils venaient. La religion était déjà là. Elle l’a toujours été car dès lors que l’homme s’est senti séparé de la nature en tant qu'état ressenti, il eut besoin de se ré-unir avec elle. Ainsi les hommes, pour survivre, ont dû oser immobiliser de la terre, dans un acte inspiré de la nature. De la même façon ce sont les hommes qui ont alors eu la tâche de protéger la terre car les dangers dus aux tensions et conflits, et famines plongeaient les familles dans l’insécurité, l’audace, et le doute. Certains demandèrent à bénéficier de cette possibilité de cultiver, et changer sincèrement leur mode de vie pour continuer à vivre. Cela donna déjà lieu à des tractations, et des agrégations importantes avec une forme d’organisation intensément tournée vers la technologie. Les hommes médecines tentaient de maintenir l’équilibre, car cette connaissance qui leur était offerte devait être reçue, et non prise. Mais le confort de l’oubli s’insinua. Ceux qui prirent furent aussi ceux qui hiérarchisèrent et décentrèrent la civilisation de la nature. Mais d’autres ne le firent pas. Cela dépendait en partie des croyances et cultures ancestrales. Cette solution étant la seule à demeurer pour que les peuples survivent, les premières civilisations concernant notre histoire proche, s’agrégèrent alors en même temps que la culture des chasseurs cueilleurs périclitait. C’est en ce temps que furent prononcées les premières moqueries, et nous en venons à la médecine. Les derniers peuples nomades qui ne souhaitaient pas quitter leur culture, et dans l’incapacité technique de subvenir à leurs besoins (parce que les sédentaires eux aussi chassaient, en plus de commencer à élever des animaux pas de façon nouvelle, mais plus intensive qu’avant), entendirent quelque chose comme cela : « Regardes, toi, tu n’as rien ! Regarde ce qui est dans ma main (en montrant les graines), et vois comme je vis bien». Ces commentaires sont très importants, car ils furent l’énergie qui amorça l’une des plus grande rupture avec la nature ; et jetèrent par voie de fait les bases du mode de vie, l’idéologie que nous expérimentons . Ils introduisirent l’idée du progrès, et la croyance d’une supériorité d’une espèce sur toutes les autres par la technologie, avec une ouverture gigantesque d’expérimentation, une nouvelle ère en perspective. Une ère technologique, une ère de la forme, de la lumière en couleur et l’image de soi. Mais aussi d’un grand désarroi et une grande illusion. Alors que la vie elle-même nous aidait à continuer notre chemin en nous confiant les graines, nous étions en train de tourner le dos à nos racines, nos ancêtres, le ventre de la Mère et tout ce qui nous avait soutenu, porté, nourri, réchauffé pour arriver jusque là. Et cette blessure là, la sentez vous ? Comme il est dur pour le dos, et les genoux de fléchir devant la présence naturelle, devant le tas d’idées révolutionnaires existentielles que nous portons en nous, et qui pour la plupart sont les expressions de nos ruptures intérieures. C’est elle, cette blessure devenue démesurée, qui dicte nos pas et nos addictions, nos guerres petites ou grandes et nos peurs, nos idéaux et nos politiques à priori de bonne foi, mais une foi sans racines. Parce qu’il est trop difficile d’admettre cette présence à l’intérieur de nous et toute la transformation intense que cela demande, parce qu’en réalité elle ne nous a jamais quitté, mais nous si. Nous nous en sommes servi comme une prise, pas comme un échange. Car « avant », nos ancêtres vivaient un échange permanent avec la nature. Ce qui était soustrait devait revenir à travers soi pour nourrir à son tour. En étouffant le feu c’est l’unité de la nature que nous avons chassé, et l’omission de certaines forces devenues absentes jusque dans notre physique. Car ce qui est à voir est simple, mais de longue portée pour notre culture de la souffrance, parce-qu’orpheline de son Arbre. D’ailleurs nous continuons à nous moquer de nos frères, les derniers peuples premiers, qui sont encore en lien avec la nature, et tiennent les clefs de notre futur . Pour quelques moqueries, nous cultivons le syndrome de la petite souris, qui pourchassée se retrouve de plus en plus prisonnière de sa fuite. Alors dans notre tête nous imaginons des tas d’héroïsmes sauveurs, qui demandent aussi des victimes, et des tyrans. Ceci n’est pas l’histoire du Grand-Père Feu, ceci c’est ce que je ressens moi dans ce mode de vie que nous partageons. Cette injustice que je ressens en moi et que je vois entre nous partout, et qui nous empêche de vivre ensemble, et de recevoir les inspirations dont nous avons besoin, au point de les refuser politiquement même si elles sont là juste à notre portée. La sève ne peut plus monter quand la racine est coupée. Et l’arbre en péril tout à coup se retrouve dans l’urgence de prendre aux autres arbres (les autres règnes, les autres esprits) ce qu’il ne sait plus recevoir en lui-même. Parce qu’il n’entend plus, il est sourd. Si nous souhaitons de nouveau que la sève circule, retrouve sa mobilité, alors il va falloir plier nos genoux, et regarder en bas, vers les dessous. Notre mémoire est conservée dans le sol, est inscrite partout dans la nature. Tout est noté quelque part et rien n’est égaré. Par contre je suis le seul qui puisse m’accueillir de ce qui le fait, et ce n’est ni un drapeau, ni un pays, ni le mensonge qui dicte ce qui est vrai. Si nous nous sommes moqués alors, nous devrons faire des excuses tout simplement. Des excuses actives, consenties, réparatrices. Car la force du pardon a traversé tous les ages et les big-bangs. L’étoile donne le courage à la nuit, les enfants naissent, et l’arbre fleurit. C’est ainsi."

  • "Des vraies mûres"? Eh bah ça commence mal le vortex

  • Entendre du Descola sur FR-tv je dis OUII !!!

  • Je vais enfin pouvoir recommencer à dormir ! Merci !

  • Beau travail c'est du lourd !!! 👏

  • 💙💙💙🔍🍾☕️🌻😃👨🏻‍💻🥾🌞🎱👉🏼🥇🎖🏆-🎿⚒❌💜✉️📩💌📪-👩🏻‍🦰📮(🤣)-👏🏼👏🏼👏🏼👏🏼👏🏼👏🏼👁🤝👍🏽.

  • Merci Vortex!

  • pourquoi 'désolée Léo'? DiCaprio? Pk il ne serait pas ok avec l'idée émise? Sorry, trop cryptique la référence

    • +Le Vortex :D ok désolée!! merci!

    • Léo, ce n'est pas une référence, c'est la personne avec qui Clothilde parle dans la vidéo (et avec qui elle va ramasser des mûres).

  • C'est Géniale ! Continuez ! Vraiment Top 🏅

  • Eh ben ça promet des supers vidéos ! Merci, cher collectif enthousiaste, et merci Clothilde !

  • Super intéressant ! Déjà impatient de voir la suite ! : )

  • C'était pécariment bien !

  • Excellente collaboration qui augure tout du bon pour la suite ! Bravo et continuez !!!

  • le problême est qu'en affirmant que l'agriculture N'EST PAS APPARUE pendant l'interglaciaire précédent, on évince directement des théories pourtant constructives sur les raisons qui poussent l'homme à vouloir gérer de lui-même un écosysteme (puisqu'il s'agit bien de cela d'un point de vue pratique), quitte à engendrer des conséquences imprévisibles pour lui. l'absence de preuve n'est pas une preuve en soit. C'est juste une absence de preuve. Quand à l'agriculture en elle-même, elle peut prendre bien des formes sur un territoire donné. Regardez sur moins de 5000ans ce qu'a pu devenir le marais Poitevin, par exemple. Que l'agriculture ne soit pas une inventions et qu'il s'agisse d'un piège... complètement d'accord. en revanche, faire l'amalgame entre la société d'aujourd'hui confondant ressources biologique et bien matériel, et les innombrables sociétés déjà présentes pendant le dernier chamboulement écologique... Non. la rupture "spirituel" n'explique pas tout. IL faut également prendre en compte que l'agriculture est (du moins de ce qu'on en sait) apparue à un moment ou le climat se déstabilisais. d'un point de vue strictement écologique, qui dit changement de climat dit changement de comportement systémique pour la majeure parties des espèces. Des intéractions évoluent.. ou s'éteignent. Si l'on concidère comme c'est mon cas que l'agriculture marque une rupture entre mère nature et l'homme, cette rupture n'a pas pour seule raison l'individualisme progressif de l'homme, mais bien également l'incapacité de la nature à le nourrir. Pour ce qui est de la question sociale, es-ce ce changement de climat qui a conditionné le comportement humain, ou es-ce le comportement humain qui a petit à petit coupé les liens avec mère nature.... là... bien malin qui saura répondre. parce que les preuvent archéologique, géologique, ou tout autre en -ique...tendent vers tout et son contraire en fonction des lieux de vies. Ceci étant dit, c'est bien que le sujet soit évoqué. merci.

  • De mon point de vue, ume conclusion si intéressante mériterait d être un peu plus élaborée.

  • 3:20 Cet appel à la nature est vraiment détestable, je trouve ça étonnant de le voir ainsi dans une vidéo en collaboration avec Dirty Biology. Je ne comprends pas non plus l’insistance sur le conception "d'invention de l'agriculture". Une invention peut être graduelle, ça ne pose pas de problème. Ce qui pourrait être dérangeant dans cette expression, sera plutôt l'idée qu'il y aurait "L'agriculture" plutôt que "des agricultures" ou "des techniques agricoles" très diverses et variées.

  • Ca ne dit toujours pas pourquoi les premiers humains à le faire sont passés à l'agriculture, si ça avait tant d'inconvénients.

  • c'était bien

  • J'ai trouvé cette vidéo très intéressante. Voilà une excellente présentation d'une réflexion pertinente. Beau travail !

  • Placer une quenelle anti-capitaliste à la fin d'une vidéo soit disante scientifique ça le fait tellement

  • Le pécari est tout mignon

  • Des mûres sauvages c'est dégueulasse ? Super épisode, merci pour votre taf !

  • J'apprécie tellement cette chaine ! Merci pour toutes ces informations que j'ai pu rater lors de ma scolarité, lorsqu'étais dispersé et rebelle. :') Il est temps de rattraper tout ça !

  • Je m'abonne parce que vous abordez des sujets intéressants cependant vos vidéos portent plus à débattre de par les partis pris et les contradictions qu'elles n'apportent de réponses mais bon c'est aussi comme ça que la "connaissance" et la "science" progressent. Bonne continuation.

  • pour ceux que cette question intrigue : Lire " Ishmaël " de Daniel Quinn ;)

  • Les concepts du jardinier paresseux et de la foret nourricière, des principes de permaculture qui revienne au travail minimal pour une cueillette abondante...

  • Merci à vous, enfin ce sujet est traité ! Très interessant, j'espere qu'il sera encore plus developpé :)

  • Très cool, j'ai hâte de découvrir les prochains épisodes !

  • Moi, un communiste juste intéressé par les sciences qui tombe sur cette vidéo et entend Chlotilde nous parler de capitalisme plus viable: :o

  • Deux vidéos très rapides et tranchées un sujet qui fait encore beaucoup débat au sein de la communauté scientifique archéologique. Malheureusement peu de choses objectives à retirer de ce travail ( l'agriculture a eu des effets néfastes ===> objectif ; l'agriculture = la pire invention de l'homme ===> subjectif ET putaclic). NON, l'agriculture n'est pas la pire chose créée par l'homme. Il s'agit d'un développement qui, en effet, a très certainement modifié en profondeur les sociétés humaines, dans le bon comme dans le mauvais. On ne peut qu'être d'accord avec vous concernant le développement de pathologies liées à cette (ces) nouvelle activité, on ne peut qu'être d'accord avec l'idée d'un certains cercle vicieux enclenché par l'homme à ce moment, amenant petit à petit vers ce que nous vivons actuellement. Cependant, s’arrêter la, c'est nier l'amélioration considérable apportée du point de vue de la régularité des apports en nourriture. C'est nier l'amélioration des conditions de sécurité lors l'acquisition des denrées alimentaires (chasse/ cueillette = potentiellement dangereux). C'est surtout nier l'impressionnante palette d'innovations et d'évolutions permises par cette révolution (d'ou le terme révolution devenu canonique pour parler du néolithique). Pris comme cela, au hasard, on doit à ce développement, les premières utilisations de l'animal comme force de travail (et par extension, l'invention de la roue), l'intensification des productions vivrières qui amèneront aux véritables prémices d'un commerce à longue distance entre groupes humains, on constate, également, l'apparition des premières productions potières (fait très important pour l'humanité)... Petite précision à apporter, les populations de "chasseurs-cueilleurs" avaient déjà, bien avant la révolution néolithique, intégrées des pratiques liées à l'élevage et l'agriculture, et ce partout sur le globe. Des chasses sélectives sont, par exemple, clairement avérées durant tout le paléolithique supérieur. J'ai, enfin, une question à pauser: pourquoi Gundestrup ? Il s'agit d'une oeuvre beaucoup plus tardive et sans aucun rapport avec le sujet.

  • Le capitaliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiisme ! Est un tropiiiiiiiiiiiiiiiiiisme par Toutatis ! Non franchement, vos liens de cause à effet sont franchement trop gros. Après, c'est la difficulté synthétique de tous travaux de vulgarisation ! Mais comme l'a dit X lambda un jour : vulgariser n'est pas simplifier !!!!! Big up pour Philippe Descola en revanche que j'apprécie bien (c'est mon poto, mon avatar intellectuel, j'ai des conversations en télépathie avec lui :p). Je ne peux que conseiller "Par-delà nature et culture" pour, à la fois bien dormir le soir, mais aussi découvrir son analyse sur des sociétés ayant un rapport totalement différent avec les animaux non-humains que la nôtre. Reste à savoir pourquoi cette différence, ses facteurs, etc...

  • "Faire émerger les prémices d'une nouvelle révolution" en allant acheter de la confiture au supermarché. 🙏

  • Cette chaîne me rend heureuse ☺️

  • euhh pour les indiens tu dis qu'ils n'ont pas de mal avec les chiens ...il me semble qu'ils sont domestiqué mais pas consommé comme l'aurait été le pécatruc

  • Je n'avais pressé le bouton s'abonner aussi vite

    • A part quand j'ai vu une vidéo de Davidlafargepokemon pour la première fois ofc

  • Cernunnos!

  • Hâte de découvrir la suite !

  • Cette chaine annonce du très lourd!! Je vous souhaite le succès que vous attendez!

  • En deux mots trop bien

  • 3:15 "les premiers humains étaient des prédateurs" parce qu'on a trouvé un fossile de mammouth dans une grotte on en déduit que tous les hommes étaient des prédateurs? Les premiers hommes étaient des opportunistes, ils mangeaient ce qu'il y avait à manger et le plus simple à attraper, cueillir.

  • Bravo ! L'idée de la colloc de vulgarisation est vraiment super, et ça commence hyper bien avec ce sujet passionnant et malheureusement assez peu abordé. Continuez comme ça, merci, vous êtes les meilleurs⋅es !

  • J'aime bien ce format!

  • Hé mais c'est intéressant ! Hé mais c'est trop bien !

  • Pareil que d'autre commentaire. Une super vidéo qui finit 'mal' avec une opinion présentée dans la forme comme 'pas une opinion', mais la suite des faits scientifique énoncés. Qu'on soit d'accord ou pas avec l'opinion présenté, ça me semble pas super dans la forme

  • LE T SHIRT DE VULFPECK LEO !!!

  • Les dernières idées dans la vidéo sur la vision que l'Homme a de la Nature a fait l'objet d'un livre passionnant par le philosophe Christian Godin : La Haine de la Nature. Il étudie de manière super intéressante les 3 paradigmes de la relation Homme-Nature : L’homme habitant L’homme propriétaire-exploitant L’homme protecteur (voir chapitrage ci-dessous) www.champ-vallon.com/titre/haine-de-la-nature-la-christian-godin-2012/

  • hop un abo de plus

  • Rhalalala mais vous êtes délicieux a écouté^•^ quel plaisir !!

  • Il faut garder la voix off ! Et en rajouter des caisses ! Comme ça ces vidéos auront une chance d'être diffusées sur des médias traditionnels.

  • Vraiment très bien. Sauf que les explications données ne sont pas vraiment convaincantes dans le sens où les causes invoquées ressemblent plutôt à des conséquences ... Mais surtout, si les causes sont au final sociales et/ou symboliques, on s'explique mal comment elles ont pu apparaître à l'identique à tant d'endroits différents et encore plus, comment elles ont pu se diffuser dans les contrées limitrophes jusqu'à recouvrir presque toutes les terres émergées.

  • Le t shirt vulfpeck est dingue

  • Trop coolos!

  • J'adore ce premier épisode ! Le thème est ultra intéressant, et j'adhère totalement au rythme de narration :)

  • Sympa le T-shirt de vulfpeck

  • Brèd' soooooonge !! ... Pardon ^^

  • Le thème et le point de vu abordé dans ces 2 vidéos me font beaucoup penser à la première partie du livre de Yuval Noah Harari : "Sapiens, une brève histoire de l'humanité"

  • Trop génial. J'adore cette chaîne et les colab aussi.

  • Absolument top cette nouvelle chaîne ! On devrait la déclarer d’utilité publique dans les écoles, collèges etc (et même pour les adultes curieux). Bravo !

  • Incroyable plein de bisous de la pars d'un être humain tentant de changer 1200 ans d'"évolution"

  • TOP18 des tendances de france ! gg les gars

  • le t shirt vulfpeck

  • En faite c'est les aliens qui ont apporté l'agriculture. '-' Plus sérieusement, c'était un sujet très intéressant. Je n'aurais pas cru qu'il y aurait tant de chose à dire sur ce sujet. C'est cool de savoir que certains peuples n'ont pas adoptés l'agriculture pour des raisons spirituelles. Après la densité de population ne pouvait-il pas être un facteur pouvant expliquer le début de l'agriculture ? Si les groupes d'individus croissaient pendant cette période, peut être n'arrivaient-ils plus à subvenir à leur besoin uniquement par la chasse ou la cueillette non ? Ou peut être que leur environnements était trop contraignant (trop de prédateurs, maladies, autres)... Bref bravo pour ce format, j'adhère =)

  • la raison de la création d'une boucle agricole reproduisant les mécanismes de la nature pour nourrir les hommes est une réponse. réponse aux problèmes de la présence inutile de l'homme au sein de la nature, l'humanité ne rend aucun service à aucune autre espèce dans aucune dimension. il est donc contraint à créer une boucle viable au sein du vivant pour répondre à ce problème sinon il serait éliminé. et s'il en a payé durement le prix c'est qu'il n'avait pas le choix. les microbes et autres parasites issus de notre cheminement sont des conséquences des lois de l'évolution qui s'appliquent à l'intérieur de la boucle comme au dehors. à la base nous sommes dépendants en vit B12 et en vit C d'où notre intérêt à résoudre matériellement cette dépendance , fondement d'une insécurité existentielle. . les autres êtres vivants ont répondu pour leur développement à cette question par la création de système symbiotiques. l'agriculture était une réponse symbiotique à l'échelle de l'homme avec le défaut de n'être qu'à son seul profit. la loi de départ est que pour qu'une boucle puisse s'intégrer en harmonieusement sans gêner le cours du vivant il faut qu'elle travaille en harmonie( harmonie et respect du vivant sont les fondements du comportement des chasseurs cueilleurs à l'égard de la nature). progressivement la question due à " à son seul profit" est devenu le problème existentiel de la boucle agricole crée par l'homme.

  • Super intéressant, merci!

  • Une super vidéo, un super début pour (je l'espère) une super chaîne, bref : vivement la suite :) !

  • Excellent épisode !!! Merci pour ce contenu de qualité :)

  • J'ai une question technique : pourquoi le filtre "vielle pellicule de cinéma" sur les images hors face-caméra ? Est-ce un choix éditorial ou une simple lubie de l'équipe de montage ? =)

  • Très bonne idée je vais vous suivre de près ! 1'34 "Il est impossible de parler de l'agriculture comme d'une invention" 1'55 "la question c'est de savoir si l'agriculture c'est seulement une invention humaine ou il y a une fourmilière sur le pied de Ronan" La fourmilière est-elle une invention ?

  • "Des vraies mûres au supermarché" ... pauvres petits (péri) urbains

  • Superbe !

  • Merci beaucoup pour cette vidéo et ces nouveaux concepts qui m'étaient totalement inconnu

  • Qui a pensé au fist?

  • Encore une très bonne vidéo, qui incite à s'abonner pour en savoir plus sur d'autres thématiques tout autant passionnantes.

  • Mais vous l'avez fit quand cette cueillette ? Il y a quelques mois 0.0

  • Y a que moi qui trouve la miniature de la vidéo tendancieuse ?

  • Le problème pour nous si on met fin à une vie essentiellement basée sur l'agriculture ( outre que nous sommes trop nombreux, et les ressources désormais trop peu abondantes je pense ) ne risque t'il pas d'être semblable à celui des plantes et animaux que nous avons sélectionnés au fil du temps ? Je veux dire, n'avons nous même pas évolué de telle sorte que le retour en arrière soit catastrophique ( même s'il est nécessaire ) ?

  • 💖

  • tu nous fais une vidéo sur comment serait le monde si on avait pas inventé l'agriculture ?

  • J'ai hâte de découvrir de nouvelles vidéos sur cette chaîne! Merci pour votre travail!!!

  • L’agriculture ne résulte pas d’un mauvais choix de l’homme , si l’intégralité ( ou presque )de l’humanité a fait ce choix et ceux durant des milliers sans jamais en changer c’est qu’il y a de bonne raisons , je suis pas expert en biologie et il me faut pourtant très peu de temps pour contre argumenter la plus part de vos arguments ( surtout celle de dirty biology) et je trouve les arguments très faiblards...

  • salut cest solitheonly... jpeux revenir sur le discord svp ? :'(

  • à ce sujet ne manquerait t'il pas la partie sur la hausse de natalité suite ou en même que le changement alimentaire qui pourrait expliquer en autre pourquoi le mode se serait "propager" (+ de monde donc + d'espace) ? (source : www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/libris/3303331281177/3303331281177_EX.pdf , link.springer.com/article/10.1007/BF01256568) De plus, la comparaison du mode de vie chasseur cueilleur d'aujourd'hui avec le notre prend aussi un autre biais : le mode agriculteur étant dominant par son expansion, il prends / converti les meilleures terres à l'usage de l'agriculture, par conséquent les chasseurs cueilleurs seraient dans les pires zones possibles . De plus des recherches agricoles contemporaines comme Fukuoka masanobu ou le Land institute (ou la succession écologique) démontrent que la nature a un rendement stable justement ce qui rend un peut complexe l'argument du rendement inconstant :/

  • Dommage que ça n'aborde aucunement l'aspect économique et sociétale mais un angle purement ethnologique un peu trop ethnocentré.

  • Une autre réponse à la question "mais pourquoi sommes nous tombé dans le piège de l'agriculture ?" est donné par James C.Scott (qui es dans son livre "Homo domesticus". Les premières Cités-Etats sont nées dans des zones où les ressources sont abondantes et où les Hommes sont sédentaire tout en vivant de la chasse et de la cueillette/horticulture. Les céréales sont une ressources parmi d'autres à ce moment, mais elles ont un avantages indéniable sur les autres ressources : elles sont facilement gérable pour la collection de taxe et donc l'entretien d'une élite qui exploite dès lors les paysans. En effet, il est facile de venir prendre 10% d'une récolte puisque la fauche des blé est un evenement unique contrairement à la cueilette des fruits qui est echelonnée. En plus prendre un sac de blé sur 10 c'est facile, plus facile que 10% d'un mouton, et ça se stocke très bien dans les greniers royaux. L'elite qui taxe tout ça va donc pousser/contraindre tout le monde à adopter la culture céréalière. Donc on se retrouve avec une cité-état qui se hiérarchise de l'esclave-paysan jusqu'au roi et aux clergé, on peut entretenir une armée avec les surplus qui sont produits de force par les paysans-esclaves (alors qu'avant les chasseurs-cueilleurs s'arrêtait quand ils avaient assez pour eux et leurs proches). A partir de là, on se met à faire pleins de petits esclaves-paysans qui nourissent pleins de soldats dans le but d'augmenter le nombre de sujets soumis au pouvoir de l'élite par la conquête d'autres contrées, par des razzias d'esclaves. Cela permet d'augmenter la production ,ce qui permet d'augmenter les surplus, ce qui permet d'augmenter l'armée, etc... La perte en liberté est cosidérable pour ceux qui sont en bas de l'echelle, mais dans l'ensemble la société ainsi organisée est redoutable et converti de gré ou de force ses voisins à l'agriculture basée sur les céréales. Résultat : le monde s'est rapidement converti à l'agriculture (toujours basée sur une céréale), et l'Etat, la civilisation s'est imposée partout, sauf dans les contrées inaccessibles et peu productives (désert, forêt vierge, montagnes) C'est un résumé très dense : i faut vraiment lire le livre de James C. Scott, ou à la limite lire un résumé un peu plus long ici : partage-le.com/2017/11/8288/

  • Sympa l'idée de faire un partenariat avec Arte, je pense que ça va vous apportez plus de crédibilité, a mon avis c'est super important quand on traite ce genre de sujet anthropologique. En ce moment je suis a fond dedans, je lis Sapiens de Yuval Noa Harari. Qui sait ? peut être qu'un jours on redeviendra chasseur-cueilleur. Mais... plus sous le nom d'homo sapiens, et a une échelle beaucoup plus importante... L'espace deviendra notre terrain de chasse !

    • Ils ont diffusé la révélation des pyramides donc côté crédibilité c'est pas super 😊

    • +nicolas buffart pourquoi ?

    • Tant que c'est pas avec RMC découverte tout va bien 😁

  • Les amérindiens d'amazonie ont été agriculteurs jusqu'à ce qu'ils doivent s'enfuir profondément dans la foret pour échapper aux colons et maladies.

  • Génial de vous voir ensemble !! Bon concept, espérons que ça cartonne

  • Je suis embêté par cet épisode, Je le trouve pas très sérieux. Le premier présentait l'agriculture comme un truc potentiellement nuisible pour l'homme et celui ci se contente de répondre en disant que c'était nuisible mais qu'on l'a fait quand même, ça ne résout pas le paradoxe . Personne n'a l'air d'envisager la néolithisation pour cause d'abondance de ressources et la dépendance temporelle qui en résulte. En gros l'idée ce serai que les ressources auraient été si abondantes à certains endroits que le nomadisme serai devenu superflus. du coup la néolithisation aurai d'abord commencé par une sédentarisation et ensuite, alors que les ressources diminuaient, le lourd investissement technique et matériel (et éventuellement symbolique mais on n'en sais rien et les types qui disent c'est symbolique à tout bout de champs pour la préhistoire je les trouve suspects) dans ce nouveau mode de vie sédentaire aurai empêché, chez certains peuples le retours au nomadisme et conduit à l'introduction de techniques pour suppléer à la prédation facile: l'agriculture. C'est une hypothèse d'autant plus crédible que les foyers de néolithisation n'apparaissent pas lors de crises mais lors d'optimums climatiques et de situations favorables, dans le croissant fertile comme ailleurs. Ce sont d'ailleurs d'abord des cultures sédentaire à économie de prédations que l'archéologie retrouve dans le croissant fertile (Natoufiens, culture Quadan vers 12000AEC). Dans le cadre du néolithique japonais par exemple c'est ce qui se passe, au début du moins. Lorsque l'optimum climatique (basé sur l'exploitation des coquillages et surtout des arbres) qui favorisait l'extension de la civilisation Jômon et sa sédentarisation s'est terminé il y a d'abord eu une réaction de sylviculture et d'exploitation intensive (autours de 2000AEC ) puis un effondrement des centres de populations suivit d'une diffusion extrêmement rapide de la riziculture importée accompagné d'une acculturation rapide(vers 900AEC).

    • Ton hypothèse est celle que semble confirmer James Scott dans Homo Domesticus, il y a de bonnes raisons de croire que l'agriculture céréalière s'est développée là où avaient déja été mixé chasse-cueillette plus agriculture et élevage temporaires, dans des zones abondantes. Sous un effet très net de gestion politique coloniale. C'était assez rude, tout le monde voulait fuir l'agricole dans les débuts. Les premiers états qui ont résisté au temps longs, étaient dans des zones entourées de mer et de désert, avec donc des "captifs".

  • *regardant 5 mûres dans un bol* "c'est dégueulasse" 😂

  • Ouiii🤓🤓🤓je regarde bien mukinza niama

  • Yaka ko tuna en personne ...yaka niama ! Ozali komi mona yo nayo na ba ndumba na yo ... okanisi nini ko tonipulupulu tschuuup

  • Cool, du politique ! Très chouette nouveau format, bon courage pour la suite :)

  • Super intéressant le parallèle entre la révolution agricole et la révolution industrielle qui repose finalement sur le même état de pensée !

  • 3’40 grosse incohérence. La « nature » donnait auparavant aux chasseurs cueilleurs tout ce dont ils avaient besoin en abondance ? La phrase précèdente c’etait que « la nature fait mal le job » et fournit des rendements aléatoires....le contraire de l'abondance. C’est d’ailleurs assez évident que la « nature » n’est pas du tout généreuse ni sûre ni bienveillante avec l’homme. Bof bof bof. Pas très scientifique cette approche. Très déçue de cet épisode.

  • Ça déboîte.

  • Moralité : on a bien foutu le dawa et on s’est planté (c’est le cas de le dire) dans les grandes largeurs. Donc vivement les suivants, d’ici 200'000 ans, pour qu’ils fassent mieux que nous. En attendant je me suis abonné à la chaîne, c’est très cool.

  • Dans leur vidéo sur l'économie de l'attention (la première partie), l'équipe de stupid economics parlait du peuple Agta aux philippines qui semblerait être encore être une société de chasseurs-cueilleurs, qu'est-ce qui à amené au cours de l'histoire ce peuple à ne pas passer à un mode agricole ? Il en existe beaucoup comme ça ?

  • Supr ! PLUS !!!

  • Et bah un abonnement en plus .

  • abboné sur ma chaîne pour regarder les nouveautés des stars