Ajoutée

Commentaires

  • Comme toujours, des sources et compléments sont disponibles dans le billet de blog : sciencetonnante.wordpress.com/2020/01/09/parcoursup/ Vous y trouverez notamment des détails sur les articles scientifiques publiés sur la question, des références sur les différentes procédures et leurs caractéristiques, des précisions sur le fonctionnement d'APB, Parcoursup, etc.

    • Bonjour ! Je suis enseignant en lycée et je vous remercie pour cette vidéo, elle m'a appris des choses ue j'ignorais ! Je voulais juste vous signaler que le pricnipal problème de Parcoursup outre la non hiérarchisation des voeux, c'est le fait que chaque formation peut attribuer des critères sans les rendre public, sans quen nous, professeurs, le sachions, ce qui pose d'énormes soucis : blog.educpros.fr/julien-gossa/2018/03/29/parcoursup-et-lycee-dorigine-une-difficulte-technique-de-moins-pour-une-difficulte-philosophique-de-plus/?fbclid=IwAR1RliGwl4CdLZypV_ZzryGcMs_eDmYzrCm0miMD_lo3V0oLa9dOgH-plEc Qui plus est, pour le nombre de places en université, il s'agit en fait d'un problème politique, puisque le nombre d'étudiant a augmenter mais pas celui des facs (ou pas en conséquences). Avec un politique juste au niveau du nombre de places, pas de tirage au sort ! En fait, nous sommes d'avis dans l’éducation que, pour tuer leur chien, ils l'ont accusé d'avoir la rage... (en outre, nous aviosn prévenu directement que ça allait bloquer et que les élèves attendraient indéfiniement, mais nous 'navions pas été écoutés, comme souvent !)

    • @Luke Sauf qu'ici on est pas sur un partage équitable des ressources mais sur une création de valeur intellectuel: en l'occurence ici on va fabrique 7/10 de personne "moins" motivé. Et c'est justement ce que je voudrais explorer: si on mets 5/10 avec leur premier choix: combien auront leur deuxième choix et leur troisième? (Après peut-être qu'il s'agit aussi de revaloriser certaines filières, c'est aussi un problème de budgets des universités à étudier, pourquoi forcément diminuer la ressource sur justement ceux qui offre le potentiel de création de richesse?)

    • @Theo I Intuitivement je dirais qu'effectivement c'est peut-être le cas. Mais ce qui est considéré comme la "meilleure solution stable" c'est celle qui offre le plus haut taux de satisfaction globale. Sur 10 personnes, il vaut sans doute mieux que 7 aient leur 2è choix, un seul son 1er et 2 leur 3è, plutôt que 5 qui ont leur 1er et les 5 autres qui ont leur 3è, 5è, 7è, 9è et 10è choix (par exemple). Donc privilégier une solution qui aurait le plus de premiers choix ne serait pas forcément celle qui offrirait le meilleur taux de satisfaction moyen de tous les candidats.

    • Sincèrement, c'est super honnête et objectif de nous donner tes sources, mais franchement à chacune de tes vidéos je suis impressionné par la clarté de tes explications donc c'est vraiment superflu à moins de vouloir approfondir le sujet de manière très pointue.

    • Petit détail (pléonasme) ^^ - à 14:52 - "Il semblerait qu'il Vaille mieux" (et non pas "Faille mieux"). C'est une faute récurrente. Tu aurais pas choisi "Sciences" toi, par hasard ? ;). Super vidéo (s), je les ai toutes vues - et parfois revues. Quel talent :)

  • (Encore) très intéressante et très bien faite la vidéo ! 😉

  • Super vidéo, espérons que les conseils de fin de vidéos seront suivis.

  • A 18:21 la solution donne l'avantage aux écoles qui disposent, et non aux élèves qui proposent. En effet, les écoles ont toutes leur premier choix alors que un élève a seulement son 3ème choix. Pourtant tu avais dit que ceux qui proposent ont toujours l'avantage sur ceux qui disposent :/ Je fais une erreur ?

    • Ils n'ont pas une solution "meilleure que l'autre groupe" (cette notion dépend des classements) mais ils ont leur meilleure possible

  • Bonjour, Ne serait-il pas préférable de revenir sur la méthode APB où les élèves proposent (meilleurs résultats pour eux) et d'autoriser tout simplement comme c'est le cas aujourd'hui aux établissements de classer selon des critères pédagogiques. Pourquoi cela n'a-t-il pas été essayé ?

  • Merci pour la vidéo ! Au lieu d'augmenter le nombre de places en licence, de redonner du sens au baccalauréat et de revaloriser les filières professionnelles pour empêcher le tirage au sort à l'entrée en licence, on change les critères de classement pour favoriser une sélection locale, humaine. C'est beau sur le papier, chaque étudiant peut détailler son projet et sa motivation, on ne prend plus en compte que des notes... Sauf qu'en réalité les universités ne sont pas capables de classer les 2000 dossiers qu'elles reçoivent et sélectionnent donc sur les notes, avec tous les biais qu'elles contiennent. C'est pour moi le vrai gros problème de Parcoursup, c'est un véritable renoncement à l'absence de sélection à l'université, qui révèle la perte profonde de sens du baccalauréat (sans parler de la réforme actuelle...). Autre question, le ralentissement de l'algorithme ne le rend-il pas manipulable ? Justement comme tu dis les étudiants craquent et finissent par accepter stratégiquement des formations qu'ils aiment moins, créant aussi des jalousies justifiées. Ce ralentissement rend compte caduc l'intérêt de la procédure de Gale-Shapley, non ? Bref, merci pour toutes ces explications ! Et surtout je plussoie ton propos : la procédure ne décide de rien, ce n'est pas elle le problème... Si seulement la pédagogie pouvait remplacer la démagogie !

  • J’ai trouvé la vidéo super intéressante et très bien faite. Bravo ! Par contre, tu es passé selon moi à côté de l’essentiel du problème. Premièrement, Parcoursup a littéralement submergé les facs de dossiers, rendant la procédure ingérable à tel point que beaucoup d’universités ont décidé ne pas trier les dossiers ce qui invalide de fait toute la procédure. Et deuxièmement, et c’est là le point le plus important, Parcoursup n’est pas né d’une réflexion pour trouver une meilleur méthode mais une technique insidieuse pour instaurer une sélection à l’université qui n’était pas permise avant. Cela pour 2 raisons : 1.aller encore plus loin dans politique d’austérité, qui choisit de sacrifier le service publique en diminuant année après année le nombre de postes et le budget des universités. 2. Transformer en profondeur la recherche et l’éducation en France pour aller vers un système ultra-libéral, basé sur le mérite, la compétition à outrance, qui achèvera à terme l’éducation publique pour ne promouvoir que l’enseignement privé et de ce fait creusera encore de plus en plus les inégalités.

  • Bonjour, il n'y a pas d'ordre des vœux sur Parcoursup, c'est dommage, mais ça rend une grande partie de la vidéo erronée...

    • Ca serait bien de regarder la vidéo en entier avant de commenter...

  • Superbe vidéo, très complète

  • Génial comme d'habitude !

  • 27.00 le problème n'est pas APB mais des formations qui ne joue pas le jeu, ce sont elles qui "trichent", et puis c'est quoi cette "mon-sélection" il y en a toujours un peu de la sélection et pourquoi certaine formation aurai le droit d’être sélective et pas d'autre ? les STAPS sont des facs de sport elles n'ont qu'a organiser des courses! je verrai bien des marathons tien ! même pour les fac de droit on met les étudiants déjà classées en lisse et VLAN! 42 km de course, peu importe le temps les X premiers à passer la ligne d'arrivée méritent leurs places; on verrai clairement quel sont les plus motivé, ça respecte la lois en plus, ce n'est pas une sélection sur motif de résultat académique! (je plaisante bien sur ! ça poserait tout un tas de problèmes comme faut-t-il laisser une certaine avance aux filles, les personnes obèse n'aurais aucune chance etc...)( mais pour les STAPS ça ce tien si si...) je suis dis-orthographique depuis toujours alors vadé rétro gramar-nazi et désolé à qui j'ai fait saigner des yeux.

  • 9:19 ........... sympa

  • Excellent comme toujours

  • Ce que je comprends pas, c'est que dans chaque exemple il est dit que l'on peut prévoir le déroulement de l'affectation ; cependant (ui), comment on peut savoir quels élèves les formations préférent ? Ce classement des volontés des écoles, on l'a pas si ?

  • 12:24 la procédure est à "l'avantage" des hommes, et le couple Brienne / Jon est instable car Brienne a mis Jon en dernier choix. A mon sens, la procédure, pourrait tout aussi bien se poursuivre (à "l'avantage" des femmes cette fois), en mettant Jon avec Cersei et Jaime avec Brienne, mais une fois encore instabilité car Jaime avait mis Brienne en dernier choix. La stabilité, bien que dépendant dépend du point de vue, demeure tout de même d'un côté ou de l'autre, ici.

  • 32:30 C'est mon cas, c'est justement comme ça que Parcoursup fonctionne et libère des places, en utilisant le stress et l'attente... j'aurais largement préféré un classement sachant qu'un de mes amis qui n'a pas lâché et était au même niveau que moi a été accepté dans ce second choix quand je me suis rabattu par lassitude et incertitude sur le troisième. Encore une fois les Allemands ont été plus ingénieux.

  • Il ne peut pas y avoir de "dead-lock" au niveau des places en attente ? Un candidat qui attend une réponse et bloque une place d'un autre candidat en attente et ainsi de suite en chaîne circulaire.

  • Super vidéo comme toujours ! Quand on ne connait pas le sujet de Parsoursup, impossible de le comprendre par les médias traditionnels. C'est ce genre d'explication qu'il faudrait diffusé, on arrêterait rapidement les faux débats...

  • En gros, il faut mieux etre un dragueur qu'un dragué.

  • Le pouvoir politique aux scientifiques !

  • Excelente video merci. Cela illustre bien une phrase de Elon Musk "les erreurs du produits reflètent les erreurs d'organisation" (Product errors reflect organizational errors). Le lien vers cette interview : fr-tv.com/tv/vid%C3%A9o-cIQ36Kt7UVg.html

  • Merci ! Ça montre encore une fois que si un processus est géré par des gens qui ont la politique ou la communication en tête, la solution retenue est peu efficace :) (Mon expérience perso dans le conseil en organisation dans les systèmes de santé ...)

  • Ce genre de vidéo qui t'explique pourquoi t'aurai jamais du choisir honnêtement ton classement formation sous APB.. :p "Bob a de quoi être plutôt vénère" @31:28 : les élèves disposent, ça veut dire que dans ce cas là, la jouer tactique à un intérêt ?

  • Comme d'habitude : Super Clair ! J'ai pas le BAC (si ce n'est celui d'eau froide ;-) ), j'ai même BAC -5 mais avec toutes ces explications j'ai tout compris. Si j'avais eu des profs capables de m'intéresser à ce point j'aurais sûrement été un peu plus loin (j'aurais pas forcément eu le BAC pour autant), mais c'est pas grave. :-) En tous cas, c'est super intéressant, et ce qui est dommage c'est que le "merdier parcoursup" est tout de même une décision politique. J'ai bien compris qu'il est impossible de contenter tout le monde dans son premier choix, mais là c'est fait de telle manière que même si c'est le plus équitable possible, les étudiants ont vraiment l'impression d'être pris pour des pions et c'est dommage puisqu'il est possible de rendre la chose "plus digeste". Il ne peut y avoir 100% d'heureux mais la façon actuelle donne l'impression que c'est vachement proche de 0% alors que ce n'est pas le cas. Dommage.

  • L’humain est profondément injuste la présence d’un avis subjectif est forcément pas équilibré. Le système donc par definition injuste tous comme l’Homme qui n’est pas partiel.

  • Merci

  • Après avoir vu ta vidéo je me demande quel a pu être le raisonnement derrière le choix de cette solution lors passage a parcours sup. Quelles autres solutions ont été étudiés, et pourquoi ont elles été refusé ? Est ce que toutes les alternatives étaient pire, et pour qui ?

  • Je vois pas le problème que les élèves soient stressés à cause de parcoursup juste parce que ça dure plus longtemps. Ni pourquoi l'accès est interdis pendant le bac. Ils devraient se contrôler et arrêter de se plaindre.

  • Je vais donner le lien à mes élèves de terminale.

  • Bonjour, Très bonne vidéo, comme toujours ! Je découvre l'approche. Existe-t-il une procédure qui reprend celui de Gale & Shapley en intégrant un critère de satisfaction (e.g. un pourcentage, une note sur une échelle fermée ...), associé aux choix de chaque acteur ? Pour une combinaison donnée, il serait alors possible de calculer une satisfaction moyenne, potentiellement représentatif d'une forme de "satisfaction générale". A partir de là, il serait possible de décider quelle combinaison est "meilleure", et optimiser ainsi la satisfaction générale. En pratique, ça permettrait de savoir quel groupe devrait choisir en premier, et aussi savoir si un "échange après procédure" est bénéfique. Il serai aussi possible d'étudier comment les conditions initiales/envies de chaque parties influent sur la satisfaction générale. Et en espérant que ça soit plus parlant que l'évaluation du nombre de premiers choix réalisés. En attendant la prochaine vidéo !

  • 18:15 Dans cet exemple ceux qui proposent sont plus lésés que ceux qui acceptent. Je regrette que vous n'ayez pas expliqué plus en détail ce point. Sinon excellente vidéo !

  • Merci beaucoup pour cette vidéo. Chargée de cours à l'université, j'étais vent debout contre ParcourSup pour deux raisons principales: la fin de la hiérarchie des vœux (qui suscite de la perte de sens dans leurs études aux étudiants) et la normalisation de la sélection locale (fin d'un conquis de 1984 et selon des critères douteux et/ou élitistes dans de nombreuses formations). À nous les opposants, on a beaucoup dit que nous n'avions pas bien compris, qu'on nous avait mal expliqué, que c'était du fantasme. Vite perdue dans le quantitatif, je constate que mes convictions ne relevaient néanmoins pas du dogmatisme primaire mais d'une connaissance empirique de mon travail. Je me permets d'ajouter que le tirage au sort se discute. Il a exclu des formations souhaitées beaucoup moins d'étudiants que Parcoursup ne le fait. Aussi, le tirage au sort est déterminé par le hasard, et non par le mérite qui, selon moi, n'existe pas.

  • Une vidéo très bien écrite!

  • euhhh désolé mais les quotas c'est la pire chose possible. Ça donne juste un avantage aux boursiers

  • Mais si avec parcours on remet en place la hiérarchisation des choix et une interdiction des formations d'avoir un accès à ce classement, on obtient pas un meilleur système ?

  • Super vidéo ! Très intéressant et très bien expliqué ! Biz

  • Donc parcours sup c'est bel et bien pourri. Dans un sens, ça me rassure. Dans l'autre, c'est inquiétant d'avoir des gouvernements totalement incompétents qui font n'importe quoi (avec nos impôts et nos vies) sans se poser de questions.

  • Merci :) ta vidéo explique bien les algorithmes d’appariement derrière ces décisions politiques. Par contre je suis pas trop d’accord avec toi sur ce que tu considère comme des décisions « justes ». Par exemple je vois une troisième « mauvaise » raison (politique) derrière Parcoursup c’est qu’il privilégie largement les choix des universités par rapport aux choix des étudiants (comme tu l’as dit l’algo de Gale-Shapley est inversé et en plus les étudiants ne font leurs choix qu’au fur et à mesure des réponses ce qui incite par biais d’ancrage à se satisfaire de ce qu’on propose sans faire le choix soi-même). Parcoursup contrevient alors complètement à l’article 14 de la loi de 1984 que tu as présenté (article qui me semble important), de façon bien pire qu’APB en fait. Le droit d’accéder à l’université (et donc au savoir) pour tous n’est plus du tout respecté. Au fond, derrière ces algorithmes il y a bien des questions politiques : qu’est-ce qu’on veut que ces algorithmes fassent ? Qu’est-ce qu’une affectation « juste » ? Quels critères utiliser ? Les choix des deux parties ont ils la même importance, le même impact sur la vie des concernés ? Doivent-ils donc être symétriques ? La stabilité est-elle un bon critère ? On s’y perd parfois dans tes propos dans ce que tu qualifies de juste, d’équitable, de meilleur, d’optimal... je sais pas s’il y a des concepts mathématiques derrière mais pour simplifier, si je comprends bien : - le « cycle d’échange optimal » semble privilégier le choix des demandeurs en prenant peu en compte celui des pourvoyeurs : ce qui est juste est ici ce qui satisfait au mieux les demandeurs - l’algo de Gale-Shapley privilégie la stabilité des choix des 2 parties en favorisant les préférences de ceux qui demandent : ce qui est juste ici c’est l’absence de perspectives d’amélioration qui satisfasse mieux les 2 parties, tout en essayant d’optimiser au possible les choix des demandeurs - l’algo simple du début semble privilégier la probabilité d’avoir son premier choix, au risque d’avoir un choix beaucoup plus mauvais sinon : ce qui est juste ici c’est de répondre au maximum de premiers choix d’abord. Tout l’enjeu politique est de discuter de comment on définit ce qui est juste dans telle ou telle situation. Et ça n’a rien d’évident. En plus du fait qu’il faut considérer comme tu l’as dit - la pertinence des critères utilisés par les universités (perso je trouve ceux de APB plus justes car moins susceptibles de privilégier les élèves issus de milieux favorisés, plus en phase avec les normes éducatives et plus aidés pour les respecter) - la mise en place de la procédure elle même (stress, lenteur, facilité...) : comme toi je vois pas de pb à utiliser la technologie perso ^^ - les autres alternatives à un algorithme d’appariement (le mieux pour moi serait de demander leurs choix aux étudiants et d’adapter les places, les effectifs et les moyens pour admettre tout le monde à son premier choix !)

    • Tout à fait d'accord ! Et c'est ça le nœud du problème !

    • Merci, je te rejoins et je n'aurais pu le dire mieux.

  • Les hommes proposent, les femmes disposent...

  • Super vidéo

  • Qu'est ce que cela donne si l'on classe seulement une partie de ses voeux... Est-ce que accélère la 1ère partie des affectations en essayant de trouver la meilleure combinaison pour les étudiants puis en laissant les étudiants choisir parmi les autres voeux si de toute façon aucune solution n'est possible parmi les voeux classés ?

  • t’as d’gros cernes tu sais

  • 🙏🙏🙏🙏🙏 0:57 💛💗 👇 👇 👇 👇 👇💯

  • Euh… Sérieux, vous voulez *éviter* les adultères dans Game of Thrones ? :D

  • On peut réfléchir autrement. On donne un budget illimité aux organismes de formation, universités etc... pour que chacun ait son premier vœux accepté et on envoie valser les calcules à deux balles produits par l'idéologie capitaliste.

  • Excellente video! Il me semble cependant que tu n'as pas évoqué comment les formations font leur choix. Par exemple, si une formation souhaite prendre principalement des élèves, disons de Louis Legrand, ils vont pouvoir envoyer un "oui" à tous les élèves qui ont choisi cette formation dans leur choix (même si ce n'est pas le choix premier des élèves dans leur tête). Ce n'était pas le cas, avant si tous les élèves de Louis Legrand avaient classés cette formation en dernier.... Il peut y avoir dès lors un mode de s"élection plus injuste. Avant, les formations pouvaient choisir "parmi les proposants", et donc leur mode de sélection étaient peut être plus basé sur les notes, recevant des candidatures de différents horizons... Cela ne rend il pas la sélection des formations opaques (sachant qu'lles sont maintenant avantagées)... Ceci me semble aussi injuste...Est ce le cas?

  • 21:25 La meilleure solution possible n'est pas forcément stable, juste. Mais Gale-Shapley trouve la meilleure solution parmi les stables. 21:56 Pour trouver la meilleure (?) solution, mais qui peut être instable : cycle d'échange optimal, utilisé pour le don d'organes. 25:50 Pour que Gale-Shapley ne soit pas manipulable, il faut que la décision de disposer soit complètement indépendante de celle de proposer et inversement. 36:55 Paradoxalement, un des bénéfices de Parcoursup c'est sa lenteur : ca rassure les gens que ce n'est pas un "algorithme" qui décide leur futur en quelques secondes.

  • toujours aussi intéressant, merci :)))

  • La méconnaissance des algos et des mathématiques semble encore avoir frappé... Le public a peur d'algos parfaitement ouverts et consultables (open-source) mais ne se préoccupe pas des algos de l'industrie des GAFA, va comprendre Charles !

  • le filtre sur instagram

  • As always !!! Perfect

  • Le problème c'est que même en montrant cette vidéo aux élèves pour leur montrer qu'un algorithme est une meilleure solution, 80% ne comprendrais pas ..

  • Non il faudrait penser naturel! C´est à dire que celui qui choisit quelque université que ce soit, quelque école dite aussi supérieur qu´elle soit, etc..., doit pouvoir y accéder par son diplôme de fin d´études scolaires qu´est le BAC. Après chacun pourra trouver son bonheur dont ce qu´il aime. Après on trouve: - des mathématiciens devenus médecins ou biologistes - des philosophes devenus mathématiciens - des médecins devenus mathématicien - des physiciens devenus mathématiciens . des biologist devenus physiciens - et Einstein de fonctionnaire d´un bureau de brevets suisse devenu physicien célèbre Et ainsi de suite.

    • Stras Mat et que fait-on des filières dites prestigieuses ? Si l’on suit ton raisonnement toutes les filières seraient égales, or la réalité est bien différentes (Polytechnique n’est pas destinée à tout le monde loin de la). De plus le bac est un examen simple qui est aujourd’hui donné à la plupart des étudiants, donc non, ce n’est pas parce qu’on a le bac que toutes les filières doivent être ouvertes.

  • Bonjour, en ce qui concerne la hiérarchisation des voeux, on peut être aussi face à la même situation que celle du pierre-feuille-ciseaux, à savoir toujours pouvoir classer deux voeux mais pas pouvoir faire un classement general.

  • Comme tout le monde, je me demande comment des gens aussi intelligents et pertinents ne travaillent pas au gouvernement, mais donc, ça veut aussi dire que le gouvernement n’attire pas ces gens intelligents (ingénieurs/scientifiques/mathématiciens/...) Je pense que c’est révélateur. Ils n’ont pas les mêmes objectifs, le gouvernement ne cherche pas l’équité ou les systèmes justes et pertinents.

    • Il y a des gens intelligents, mais ce n'est pas eux qui définissent les objectifs et les priorités.

  • APB était très bien, c’était la loi française qui ne l’était pas... La non sélection sur des critères pédagogiques pour les universités était le vrai problème. Au final avec parcours sup on a un quasi APB résolu puisque les universités peuvent sélectionner sur des critères pédagogiques, mais qui prend énormément de temps. Tout le monde connaissait ce problème d’APB depuis longtemps et afin de masquer au maximum le fait que dorénavant les universités sélectionnent elles aussi, on fait croire aux étudiants qu’ils ont plus de liberté en leur demandant de confirmer et de choisir à nouveau chaque semaine car politiquement personne n’a eu le courage de dire clairement que la seule solution viable était de sélectionner sur des critères pédagogiques pour toutes les formations... Les « algorithmes » ont été les boucs émissaires permettant enfin de sélectionner de manière la plus juste possible. J’imagine que progressivement on retournera à une procédure proche d’apb en gardant la sélection sur des critères pédagogiques, ce qui aurait toujours dû être le cas.

  • 18:18 A veux la place de B et B celle de A et C est lésé dans tous les cas. Les personnes ont des émotions pas les institutions.

    • A, B et C ont classé les sciences en dernier donc l'un doit nécessairement être lésé, non ?

  • Référencement

  • Félicitations pour cette vidéo

  • c'etait pas plus simple de changer la loi et d'autoriser les filières en tension de faire un classement sur critère scolaire pour que l'algo marche bien pour tout le monde ? et puis bon, je vois pas pourquoi les étudiants qui voulaient médecine ont ralé pour le manque de place. Y a toujours eu un numerus clausus dans cette filière !